Actualité

Cameroun-Forêts: Dans les foyers de l'exploitation illégale

Sebastian Chi Elvido
Le Quotidien Mutations/19/07/2011

Forêts-Cameroun - Selon un rapport du Ced, cette activité est très rependue dans les départements du Haut-Nyong à et la Haute-Sanaga. En ce mercredi 15 juin 2011, le Maire de la commune de Mindourou, unité administrative dans le département du Haut-Nyong à l'Est, Daniel Félix Elienne est dans tous ses états lorsqu'il reçoit l'équipe du Centre pour l'environnement et le développement (Ced). L'objectif de la rencontre était «l'appréciation des résultats atteints suite à la mise en oeuvre des activités du projet d'appui à l'observation indépendante locale des forêts» Au cours des échanges, le maire de Mindourou condamne «les activités d'exploitation illégale qui se déroulent dans l'Arrondissement de Mindourou notamment dans les forêts communautaires, le domaine national et qui vont déjà jusqu'à toucher la forêt communale de Messamena-Mindourou.»

Lire la suite Ici

L'est du Cameroun privé des fruits du moabi

Par PIGEAUD FANNY

Mindourou (Cameroun), envoyée spéciale

Jour de paie, ce samedi, pour les 400 employés de la société forestière Pallisco, dans la petite localité de Mindourou, à 300 km à l'est de Yaoundé. La bière coule à flots, la musique s'échappe des bars jusque tard dans la nuit. Des habitants, pourtant, font grise mine : ils ne pardonnent pas à l'entreprise d'avoir abattu, en 2005, trois moabi dans leur «forêt communautaire».

L'affaire peut sembler dérisoire. En réalité, elle est symptomatique des problèmes récurrents posés par l'exploitation du moabi, activité dont la société Pallisco, filiale du français Pasquet, est le leader au Cameroun. En toute légalité car l'arbre ne dispose d'aucune protection particulière. Utilisé en Europe pour fabriquer portes, fenêtres ou parquets, cet arbre, le plus grand du continent africain, est aussi très prisé par les communautés locales : pour elles, il représente une valeur économique et sociale importante. «C'est avec les fruits du moabi que nous fabriquons notre huile et nos médicaments. Quand un moabi est coupé, nous perdons beaucoup», explique un habitant.

Dans cette région forestière, difficilement accessible (seul un tiers de la route entre Yaoundé et Mindourou est bitumé), la chasse et la cueillette ont longtemps été les principaux moyens de subsistance.

Fraude. Mais, avec la présence de Pallisco, implantée depuis le début des années 70, rien n'est plus comme avant. Dans plusieurs villages qui bordent la concession forestière de la société, les gens se plaignent. Un jour, ils ont vu débarquer les engins de la société venus couper des arbres qu'elle avait pourtant promis de préserver. Les habitants de Zieng Onoul, par exemple, accusent Pallisco d'avoir frauduleusement coupé onze moabi, dans leur forêt, en 2000. Ceux de Nemeyong attendent toujours que la société leur donne des explications, voire une indemnisation pour trois arbres abattus à la fin des années 90 (la valeur de ces trois arbres sur le marché européen est évaluée à environ 9 000 euros). Autour de la localité de Medjoh («moabi» en badjoué, la langue locale), une soixantaine d'arbres auraient été abattus en 2000. «Ils en ont coupé à moins de 1 kilomètre de la route alors qu'ils avaient promis de ne pas le faire à moins de trois kilomètres, rapporte une habitante. Nous avons voulu arrêter les machines. Finalement, c'est le chef du village qui a été condamné à trois ans de prison avec sursis ! Quand on est face à une société qui a de l'argent, que peut-on espérer d'autre ?»

Avec ces arbres, des femmes ont perdu leur unique source de revenus. «L'une d'entre elles nous a expliqué que l'argent de la vente d'huile de moabi lui permettait d'envoyer ses filles à l'école. Depuis que Pallisco a coupé les moabi, elle n'a plus les moyens de le faire», raconte Belmond Tchoumba, de l'ONG les Amis de la Terre au Cameroun. Aujourd'hui, pour trouver des arbres, il faut s'enfoncer très loin dans la forêt. «C'est très pénible, rares sont les femmes qui le font.»

Désabusés. «Nous sommes toujours critiqués. Mais personne ne souligne ce que nous faisons de positif. Personne ne parle, par exemple, de nos plantations et de la pépinière que nous avons créée», répond Loïc Douaud, chef du site Pallisco de Mindourou. Une pépinière ? Les habitants pygmées de Dinpam, près de Medjoh, haussent les épaules, désabusés : «Il faut plusieurs années avant qu'un arbre soit productif. En attendant qu'il pousse, comment fait-on pour vivre ?» On estime qu'un moabi commence à produire des fruits de manière régulière à 90 ou 100 ans.

«90 % des vieux moabi en âge de fructifier sont abattus, ce qui risque d'entraîner la disparition locale de cet arbre», estime Sylvain Angerand, de l'association les Amis de la Terre en France. Dans un rapport publié hier, il rappelle que Pallisco, partenaire du Fonds mondial pour la nature (WWF), a bénéficié du soutien financier de l'Agence française de développement. «A ce titre, la société civile française est en droit d'exiger l'exemplarité. Or la surexploitation du moabi et les conflits avec les populations qu'elle provoque semblent être en contradiction avec l'objectif prioritaire de la coopération française, qui est la réduction de la pauvreté».

Cameroun: Mindourou - 100 couples pygmées se marient à l'Etat civil

Mindourou — La commune et la Fondation Chantal Biya visent l'émancipation et la sécurisation des familles de ce peuple marginalisé.

Le soleil radieux qui s'est élevé sur Mayos, un village situé à 30 km du centre urbain de Mindourou, chef lieu du District de Dja dans le département du Haut-Nyong à l'Est, n'a pas découragé les divers groupes de danse pygmée et bantou, principaux habitants de la région, à se donner de fond en comble. Le foyer culturel Baka, construit et inauguré le 15 décembre 2006 par la Fondation Chantal Biya contre 150 millions Fcfa, quant à lui, a été entièrement renouvelé alors que son esplanade était inondée de dons de toutes natures : les valises, les sacs de riz, les cartons de savon, la vaisselle, du vin rouge, etc. et d'une foule immense, venue vivre l'événement.

Cameroun: L'exemple qui vient de Mindourou

Modèle de gestion communale, Mindourou a saisi avec la forêt sa chance.

La gestion de cette cité prend en compte les intérêts et les préoccupations des populations. Mindourou s'est offert de larges rues et d'autres infrastructures qui inspirent l'admiration. Les nombreux travailleurs de la société forestière en sont heureux et sont d'ailleurs de plus en plus dissuadés d'aller chercher ailleurs. Kankwomo Jean Jacques, conducteur d'engin à la société Palesco loue toutes les initiatives du maire qui ont transformé la cité en un endroit où il fait bon vivre : " Avec toutes les facilités qui existent ici, les jeunes ont de moins en moins envie d'aller chercher ailleurs ", témoigne-t-il. Miéné Elvis, qui est à sa sixième année de service dans la société forestière, loue aussi l'apport de cet employeur qui loge ses ouvriers, les entretient et les paye relativement bien. La plus grande appréciation de l'oeuvre de développement à Mindourou vient surtout des populations qui ne tarissent pas d'éloges vis-à-vis du maire.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×