Végétation

Introduction

pe1.pngLa végétation de Mindourou appartient au domaine camerouno-congolais, forêt toujours verte, constituée de grands arbres atteignant parfois 50 à 60 m de hauteur, à dominance de Moabi (Baillonella toxisperma),

Le  Moabi est un arbre au long tronc droit et à l’écorce rougeâtre, de laquelle s’écoule du latex blanc. Ses fruits sont de grandes baies de 7 cm de diamètre, portées sur les branches à l’aisselle des cicatrices laissées par les feuilles. Ces baies ne s’ouvrent pas, tombent au sol lorsqu’elles sont mûres, et peuvent alors être consommées par des éléphants ou des potamochères qui dissémineront les graines. Les populations villageoises ramassent les fruits pour extraire des graines de l’huile qui est appréciée sur le marché de Yaoundé. Si le Moabi est assez commun dans la réserve du Dja, il ne semble pourtant pas s’y régénérer.

La  luxuriance et la vigueur de la forêt pourraient laisser supposer que son sol est fertile. En fait, la plupart des forêts tropicales vivent sur un substrat très pauvre, du recyclage constant de leur propre matière.

La RFD est constituée de forêts sur terre ferme (75%), de forêts sur rocher (5%), et de forêts marécageuses (20%). Ces dernières incluent les raphiales qui se développent le long des principaux cours d’eau.
Forêt primaire

Si  le soleil est loin de se cacher derrière l’horizon, il est agréable de se laisser imprégner de l’ambiance de la forêt : les sens intègrent les bruits et les chants, les odeurs, les mouvements... Les grands arbres marqués sont généralement matures. Il est intéressant d’observer s’ils portent fleurs ou fruits, et de suivre ainsi leur phénologie (les saisons de floraison et de fructification). La forêt est sempervirente mais de nombreuses espèces d’arbres ont un feuillage caduc et perdent ainsi toutes leurs feuilles en saison sèche. Lorsque la forêt est mouillée, pendant ou après une pluie, elle goutte. Les singes qui se déplacent alors dans les plus hautes branches sont faciles à détecter, provoquant des "douches" au cours de leurs déplacements.

Les forêts primaires sur terres fermes sont caractérisées par une hétérogénéité structurale relative à l’action et à l’importance des Chablis (chutes d’arbres provoqués généralement par le vent). Installées sur sols profonds, elles se caractérisent par une absence de sous-bois.

pe2-1.png

Au sud de la réserve, les forêt à Gilbertiodendron dewevrei, situées au cours supérieur de la rivière Djablé, se localisent dans les bas fonds caractérisés par une nappe phréatique peu profonde à sol non marécageux. Ces forêts sont le plus souvent inondées en saison des pluies.
Forêt secondaire et marécageuse

pe3.pngForêt secondaire

Les forêts secondaires de terre ferme (Musanga, Terminalia) se composent principalement de groupes végétaux suivants :

- La forêt secondaire âgée  à Fagara macrophylla; la forêt secondaire à Terminalia superba et rotangs;

- la forêt secondaire jeune à Musanga cecropioïdes; les recrus pré forestiers à Caloncoba et Trema orientale.

Forêt marécageuse

Le plus souvent localisée au fond de chaque dépression, elle regroupe les types suivants :

- La forêt ripicole périodiquement inondée à Alchornea cordifolia et Uapaca heudelotii.

- La forêt marécageuse élevée à Uapaca paludosa et Mitragyna stipulosa sans Raphia mombuttorum.

- La forêt marécageuse mixte à Uapaca paludosa et Raphia mombuttorum.

- Les raphiales à Raphia mombuttorum,

- Les raphiales à Raphia regalis.

- La forêt inondable avec ou sans Uapaca paludosa.

Aux types de forêts sur sols hydromorphes, il faut également ajouter la prairie marécageuse et la forêt adulte de fond de vallée avec ou sans Gilbertiodendron.

Dans  les forêts secondaires, et dans les forêts marécageuses, ou inondables, certains arbres se maintiennent à l’aide de racines échasses, s’ancrant ainsi dans les zones les plus humides comme le feraient les palétuviers, arbres de la mangrove.
Forêt sur rocher ou forêt saxicole
pe4.pngPlusieurs affleurements rocheux sont disséminés à travers la réserve. Ils portent des formations végétales typiques avec des espèces particulières totalement absentes partout ailleurs dans la réserve. On y trouve également une végétation herbacée apparemment palustre où les grands mammifères se concentrent souvent en saison sèche pour se nourrir.

riviere-dja-2.jpg                                                                                        Rivière Dja

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site